[Concert] Frère Animal (Second tour) à la Philharmonie de Paris : fable politiquement musicale

Bienvenue au Bloc National.

Frere_Animal_001

La Philharmonie de Paris accueillait du 12 au 15 décembre 2016 le groupe Frère Animal, pour une représentation en concert de Second tour, leur deuxième album. Pour rappel, Frère Animal, c’était déjà un premier album du même nom, composé par le chanteur Florent Marchet et l’écrivain Arnaud Cathrine et paru aux éditions Verticales. Le groupe rassemblait déjà, outre ce duo, Nicolas Martel (aux multiples talents de chanteur du groupe Las Ondas Marteles, mais aussi comédien et danseur) et Valérie Leulliot du groupe Autour de Lucie.

Mais pas besoin d’avoir forcément écouté ce premier album pour plonger dans cette suite : le concert commence judicieusement par un petit résumé de l’épisode précédent. Dans cette satire du monde de l’entreprise, Thibaut (Florent Marchet), le personnage principal, avait terminé en prison suite à l’incendie qu’il avait provoqué dans l’usine de Comblet, ville fictive où il habitait alors. Quand il en ressort alors au début de ce deuxième album et concert, sa petite amie Julie (Valérie Leulliot) ne l’a pas attendu et est partie avec un autre, tandis que son frère Renaud (Arnaud Cathrine) s’est marié avec un homme. Impossible pour Thibaut de retrouver du travail (encore moins à l’usine à laquelle il avait mis le feu), et l’isolement le gagne dans cette France d’après les attentats. Seul Benjamin (Nicolas Martel), son ami et responsable de l’antenne locale du Bloc National, parti identitaire d’extrême droite, lui tend la main…

Frère Animal (Second tour) se révèle dès les premières notes une belle surprise, et intéressante par les réflexions qu’elle soulève. Musicalement, les chansons étonnent et m’ont beaucoup plu par leur aspect à la fois chanté et parlé, et un accompagnement pop-rock énergique. On soulignera par exemple le terrifiant et charismatique discours de bienvenue au Bloc National du diabolique Benjamin Vairon (Nicolas Martel), « Une chanson française« , ou ses « Consignes » pour gagner de nouveaux partisans. D’autres illustrent à merveille le désarroi de Thibaut (Florent Marchet) face au monde actuel qui l’accueille (ou qui le rejette), comme la très réussie « Vis ma vie« . Il y a eu un très beau travail sur les chœurs également, qui apportent un peu de douceur à certaines chansons comme « Que fais-tu ?« , la très belle « Messages personnels » ou « Sans moi« . Bref, la playlist est diversifiée, bien construite et excellente musicalement.

Mais Frère Animal (Second tour), c’est aussi un album engagé (on peut le dire), qui se penche sur la montée de ces partis extrêmes se nourrissant de l’envie de repli sur soi et de cette identité nationale un peu floue, qui rassurent les gens se sentant délaissés. Cette fable politique aborde avec intelligence et justesse ce qui attire tellement dans ces partis, mais aussi le désarroi de cette génération déboussolée face à la société actuelle, qui ne parvient pas à leur proposer une direction.

Frere_Animal_002_©Pierre_&_Florent_PIAS

© Pierre & Florent / PIAS

En concert, le spectacle permet  alors de donner une dimension entière à ce que chantent ses personnages. Pourtant, ce n’était pas gagné : la scène de l’amphithéâtre de la Philharmonie était tout juste assez grande pour accueillir les chanteurs et musiciens (dont Benjamin Vairon pour l’accompagnement). Le décor semblait aussi très minimaliste, présentant un fond sobre et des lampadaires qui ressemblaient à des lampes de bureau géantes. Mais cela n’a guère empêché les membres du groupe de se déplacer, de se confronter l’un à l’autre ou au public, voire d’aller distribuer des tracts parmi les rangées ! Le jeu des lumières était aussi très maîtrisé, entre lumière bleue électrique ou éclat rouge sang glaçant, qui pouvaient complètement transformer la scène.

Les autres dates de la tournée sont ici.

Bilan : en somme, Frère Animal (Second tour) est donc un excellent conte social qui prend véritablement son envol en concert. À écouter absolument (avant les élections) !

15

Laisser un commentaire